Overblog
Editer la page Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
/ / /
Réflexions sur l’AÏKIDO par Guy GRENARD (5ème DAN d'Aïkido)

aikido.jpg

 

 

« Agir sans rien attendre

Guider sans contraindre

Voici la vertu primordiale »

                                                           Tao to king

 

« L’homme n’obtient pas liberté en renonçant à l’action »

                                                           Bhagavad gita

 

Accomplit donc l’action juste,

Car l’action est meilleure que l’inaction.

 

 

Les principes généraux

 

            Il n’y a ni forme, ni technique en AÏKIDO, les mouvements naturels sont les mouvements de l’AÏKIDO, sa profondeur est insondable et inépuisable

 

stage_R-copie-1.jpg

Stage avec Maître TAMURA (mars 2010)

 

            Principe de réalisme

Le DOJO reste l’espace privilégié ou l’on étudie l’AÏKIDO, ou l’on esquisse sans risques des attaques contrôlées

 

            Principe de coopération

Le principe de coopération est nécessaire, permanent et irréversible, c’est la voie la plus simple pour des progrès rapides.

 

            Le KI

Par la vertu du fonctionnement subtil du KI, nous harmonisons, l’esprit et le corps, ainsi que la relation de l’individu à l’univers.

 

            AÏKI

Dans l’esprit du créateur, mettre en relation et en harmonie, est essentiellement destiné à la réalisation progressive et individuelle du pratiquant

 

            NEN 

Principe de concentration dans l’instant 

Pendant l’entraînement, la première tâche est de discipliner le mental, d’aiguiser le pouvoir de la concentration dans l’instant et d’unifier le corps et l’esprit.

C’est le fondement même de la technique qui se déroule sans fin, grâce à la concentration juste


 

« Perception étendue, intuition parfaite, possibilité d’agir dans toutes les directions »

Morihei Ueshiba

 

Le TAO

La voie chevaleresque est une voie établie par les dieux, qui conduit à la vérité, la bonté, et à la beauté.

C’est une voie sprituelle reflétant la nature illimitée de l’univers et l’ultime concept grandiose de la création.

 

La vigilance

Indispensable pendant les entraînements

Sans objet particulier, mais aussi sans limite, la vigilance s‘applique à tout le champ des perceptions sensorielles et de la pensée.

 

La maîtrise de soi

Dans l’entraînement, la première tâche consiste à discipliner continuellement l’esprit, à aiguiser le pouvoir de NEM et unifier corps et esprit, c’est le fondement du développement de la technique.

 

Le respect

La nécessité de cette attitude doit être ressentie d’autant plus fortement qu’une situation donnée nous échappe.

Le respect dans une situation incertaine est une approche moins dangereuse que l’illusion d’une supériorité.

 

La technique

La technique à la même fondation que le squelette d’un vertébré, il est indispensable, il conditionne la forme générale du corps et participe à la solidité de la structure, ainsi qu’a son mouvement

C’est un outil au service de la création.

 

demo.jpg

Le petit fils de MAITRE UESHIBA

 

Nature de la technique

La technique ou waza, ne peut être fondée que sur les principes.

« L’essence des dix milles techniques, toutes les techniques sont dérivées des mêmes profonds principes » MU

 

Le réalisme

Le souci de réalisme impose que les pratiquants soient capables de faire la différence entre leur imagination et la réalité, entre les attaques simulées et les vraies.

L’intégration du réel dans la doctrine implique une connaissance approfondie de sa nature.

La première et la plus importante qualité pour survivre dans l’univers est la capacité d’adaptation aux conditions extérieures.

Toute la technique, toute la pédagogie, toute la pratique devront entre tendues vers le développement et l’amélioration de cette faculté.

 

Coopération

Le pratiquant coopère avec son partenaire, en lui laissant le champ libre par une esquive, en amplifiant même son geste initial d’attaque, en aidant et en dirigeant sa chute sans le blesser, en l’immobilisant le cas échéant.

D’un point de vue abstrait, elle est un rejet de la vision dualiste au profit d’une conception dynamique du monde.

 

Principe de KI

Pris seul, l’idéogramme signifie l’esprit, l’âme, mais il a aussi un sens dynamique, deki-électricité, kiatsu-pression,

KI.JPG

KI, pourrait se traduire en grec ancien par « pneuma », ou en hébreu, par « vouach », souffle ou esprit de dieu passant sur les eaux au début de la genèse.

Sous la forme concrète de « KOKYU », KI pourrait être traduit par souffle, àcondition d’y adjoindre l’attention, la concentration, la sincérité, l’énergie mentale

 

Coordination du souffle avec l’action

L’inspiration autorise l’avance de l’opposant ou son attaque

L’expiration lente, au contraire, réalise un blocage qui freine ou interdit l’action adverse.

L’inspiration entraine une faiblesse dans la posture, l’expiration en augmente la stabilité.

Nous utilisons très souvent cette particularité pour accentuer l’extension de la force de l’adversaire, afin de mieux la contrôler, kinonagare, Tsuda Sensei proposait avant d’executer kokyu ho, de dessiner en imagination l’ensemble de la technique jusqu'à son terme unique et de penser »je suis déjà là ».

Principes d’aïki

Le taïsabaki permet simultanément d’entrer dans la sphère adverse.

 

Kinonagare

Conduite du ki et de l’énergie de l’attaque

 

Contrôle de l’esprit

Un adversaire lancé sur une attaque dangereuse ou concentré sur une saisie de poignet, le prive momentanément d’une partie de sa liberté d’action.

Son corps devient vulnérable sans qu’il soit nécessaire d’utiliser beaucoup de force ou une technique très élaborée

Filiation de l’aïkido avec la voie de l’épée

Les postures, les déplacements, la garde sont en aïkido, celles d’un homme armé.

La voie de l’aïki et la voie de l’épée sont intimement liées au niveau des principes de base des mouvements et des méthodes.

 

Etude de la pratique

C’est dans le monde extérieur, l’univers familier ou se déroule notre vie que devrait se trouver le champ d’action naturel de notre discipline.

 

stage2_R.jpg

Stage avec Maître TAMURA (mars 2010)


Apprendre à se défendre

Aïkido, art de défense d’une grande efficacité, nous pouvons enseigner aux élèves de s’adapter aux attaques, aux aléas de l’existence, les amener à trouver puis accepter leur place dans l’ordre naturel des choses.

Notre méthode doit nous permettre de résoudre nos contradictions, et de nous réconcilier avec la souffrance, la maladie, la vieillesse, la mort.

 

Les exercices préparatoires

Elles viennent des techniques de sabre japonais, le katana.

La posture mentale reste de la plus haute importance :

Ne pas fixer son esprit, ouvrir au maximum ses facultés de perception, se libérer de toue anxiété.

 

Les déplacements

Taï sabaki, ont peut les déclencher par une attaque au boken ou au jo.

 

L’exécution des techniques

Non opposition des forces

Travail avec le hara

Non fixité de l’esprit

Détachement                                                                                        

Respiration abdominale

Coordination de la respiration

Contrôle du souffle

Calquer notre rythme respiratoire avec celui de l’adversaire

Accueil de l’autre

Respect

Patience

Au cœur de l’aïkido

 

Evangile de St Thomas

« Si ceux qui vous guident vous disent :

Voici, le royaume est dans le ciel

Alors les oiseaux du ciel vous devancerons

S’ils vous disent qu’il est dans la mer

Alors les poissons vous devancerons

Mais le royaume, il est dedans

Il est dehors de vous

Quand vous vous serez connus,

Alors vous serez connus

Le réel ne peut être perçu que dans l’instant présent lorsque le mental apaisé n’est plus un obstacle à l’irradiation du soi, autrement dit, lorsque le temps qui est une donnée mentale est transcendé.

Le devenir de l’adepte est placé clairement au cœur même de la pratique.

Il ne réalisera pas sa mutation en torturant son corps ou en répétant des techniques mais en découvrant qui il est.

Il n’atteindra l’expertise qu’en réalisant seul sa propre libération, des illusions et singulièrement de celles qui le concernent lui.

Il lui faudra pour cela aller nécessairement au delà des techniques, de ses habitudes, de ses certitudes. 

Il lui faudra d’une certaine manière se perdre pour se retrouver

Le présent, c’est l’éternel qui se manifeste en vous. »

 

DSC 3296

Dojo de MAITRE TAMURA à bras

 

 

 

 

 

Partager cette page
Repost0